Comme vous le savez, les investigateurs de Scoubidoxy ont l’habitude d’enquêter sur des sujets à controverse du début du 21ème siècle pour constater l’évolution advenue de décision prises à cette époque par rapport à l’année 2139 (l’année d’où nous venons).

En ce jour du 5 Mars 2139, nous célébrons un anniversaire un peu particulier.

Le 12 février 2019, la Nasa déclara officiellement la mort d’Opportunity alias MER-B, le robot qui explorait Mars depuis 2004. Ses déplacements ont été pilotés par le jet propulsion Laboratz qui a aujourd’hui rendu hommage à cet événement. Il avait parcouru plus de 45 kilomètres. C’était le deuxième astromobile de la mission Mars Exploration Rover de la NASA. Le 10 juin 2018, le robot Opportunity avait commencé à ne plus émettre de signal. C’est seulement le 13 juillet 2019 que la NASA a annoncé la fin de la mission ne réussissant pas à recontacter l’engin depuis la Terre.

La découverte des extra-terrestres

Nous savons aujourd’hui grâce aux robots envoyés ces derniers siècles sur les planètes, qu’il y a 3 milliards d’années, des formes de vie semblables à la nôtre, avaient fait la même démarche que nous, en parcourant la galaxie. La Nasa avait gardé longtemps cette découverte secrète, car pour ces formes de vie, la fin de leurs mondes, a été brutale et encore mystérieuse à ce jour.


Visuel de Mars par Rover Opportunity

Néanmoins entre 2006 et 2009, Opportunity avait été le premier robot terrestre à découvrir une forme de vie extra-terrestre, l’eau. Ce fut aussi le premier robot à indiquer que l’être humain peut survivre plus de 14 ans sur une planète autre que la planète bleue. L’objectif final de ses missions était de trouver de l’eau et donc de s’assurer que la vie soit possible sur les différentes planètes de la galaxie. Pouvoir vivre sur Mars, rendait envisageable l’exploitation de l’hématite, minerai de prédilection de la planète rouge.Sa composition est presque eclusivement à base d’oxyde de fer, donnant sa couleur rouge à Mars.

Malheureusement une tempête de  poussière bloqua complètement son système de recharge et on resta sans nouvelles d’Opportunity pendant plusieurs mois. Cette tragédie prouva néanmoins l’existence du vent sur cette planète et donc d’une météo martienne. Cela, nous le savons bien aujourd’hui, nous qui prenons souvent des vacances sur la planète rouge. Le vent y est changeant et la température y est difficile.

À l’époque, cela avait été incroyable de découvrir que l’on pouvait potentiellement y survivre 15 ans. Opportunity aura donc duré presque 15 ans alors qu’il n’était censé survivre que 90 jours à peine. Il aura parcouru plus de 45 km sur la planète rouge, 52 rochers auront été analysés et 217000 photos prises dans 15 panoramas à 360°.

« Nous avons déployé tous les efforts possibles pour tenter de récupérer Opportunity. Mais nous avons décrété que la probabilité de recevoir un signal est trop faible pour continuer à poursuivre nos efforts », a déclaré John Callas, à la tête de l’opération Mars Exploration Rover (MER).

Quel impact de nos jours ?

Ce robot a fortement favorisé la suite des découvertes inter-planétaires. Il a également donné l’impulsion nécessaire aux explorations interstellaires qui s’ensuivirent. Il est certain que grâce à cela, aujourd’hui les planètes peuvent être visitées et sont désormais habitables.  

La formidable découverte d’Opportunity, celle de la présence de l’eau sur Mars, a vraiment aidé à ce qu’on puisse envisager vivre et exploiter notamment l’hématite entre autres minerais sur d’autres planètes que la Terre. C’était comme une porte qui s’entrouvrait sur l’univers que nous connaissons aujourd’hui.

« Même si ce n’est qu’une machine, c’est difficile de lui dire adieu », a confié John Callas, après l’annonce de la fin officielle de la mission.

Les hommages

À l’époque, Disney avait rendu hommage au robot avec le dessin animé Wall-E.

Ce qui est intéressant, c’est qu’il y a encore beaucoup de rapports avec notre monde actuel. Bien sûr, nous ne sommes plus dans un vaisseau sans bouger toute la journée mais les robots actuels servent à purifier l’air et à analyser les risques potentiels pour la santé humaine