Cette année, nous avons atteint les quinze milliards d’habitants sur Terre. Depuis l’année 2030, consommer de la viande est devenu interdit. Nous nous sommes retrouvés sans autre choix que d’abandonner radicalement l’alimentation carnivore.

Retour sur l’évolution de notre régime alimentaire.

Comme vous le savez, les investigateurs de Scoubidoxy ont l’habitude d’enquêter sur des sujets à controverse du début du 21ème siècle pour constater l’évolution advenue de décision prises à cette époque

En 2021, une vraie prise de conscience a lieu. La peur de la fin de l’humanité prend une ampleur phénoménale. Selon les scientifiques, il n’est plus question de prédictions fantasmagoriques, de fiction ou d’astronomie.

Le fautif est l’humain

Si durant de nombreuses années le négationnisme prenait une place silencieuse, il n’en était pas moins important. On se tait sur le sujet, on craint la mort et la fin de son ordinaire. Moins on en parle, plus on masque l’anxiété. Les enfants ne doivent pas imaginer qu’ils vivent dans une société étouffée et brisée, sous le poids de l’empreinte écologique de leurs semblables.

Les adultes cherchent à conserver leurs habitudes écoeurantes aux conséquences pourtant funestes : changer rendrait la situation bien trop réelle et l’inquiétude avec.

Pourtant les annonces de collectifs scientifiques hautement respectés pour l’époque déclenchent une vague de frissons dans le monde entier. L’être humain se place alors comme à son habitude en martyr des événements. Il n’est aucunement responsable, crachant sur les générations précédentes et accusant les gouvernements trop peu alarmants.

Il a fallu attendre le déclenchement de l’instinct de survie du peuple pour admirer, alors, un changement radical.

La remise en question

Les alternatives à l’élevage fleurissent. Les Hommes s’intéressent aux conséquences de la production de viande et réalisent qu’il s’agit du plus grand gouffre écologique.

Renforcement du réchauffement climatique. 70% des ressources en eau utilisées pour l’élevage. 80% de la surface agricole utilisée pour le pâturage du bétail, entraînant alors une déforestation pour obtenir de nouveaux terrains et en faire la même utilisation…

Ces utilisations aberrantes entravent alors la production de végétaux, nécessaires à un écosystème stable. De plus, c’est plus de 15% des émissions de gaz qui proviennent des animaux et l’agriculture d’élevage.

En un an, c’est un tiers de la production alimentaire qui avait servi à nourrir le bétail, soit suffisamment pour subvenir aux besoins de 4 milliards d’êtres humains.

Il a, par ailleurs, été prouvé qu’une alimentation végétarienne à l’échelle mondiale aurait pour conséquence de réduire de deux tiers les émissions de gaz carbone alimentaires.

Mais alors comment passer d’une conjoncture si critique à une civilisation presque intégralement végétarienne ?

Dès 2020, de nombreux collectifs prennent la décision d’attaquer en justice abattoirs, élevages, gouvernement et industries agricoles. Devant l’ampleur des actions, les autorités municipales ont chacune leur tour ordonné l’arrêt complet de la consommation de viande.

Interdiction à la production, puis à la vente, et enfin à la consommation, sous peine de lourde condamnation.

Sans grande surprise, la majorité des populations s’en trouvèrent indignées. Certains refusent de se laisser dicter leurs habitudes de consommation. D’autres se révoltent de se voir démettre de leurs fonctions.

L’inquiétude morbide grandissante, les tensions finirent par s’apaiser.

Depuis alors, de nouveaux secteurs d’activités ont vu le jour. Les entreprises produisant les vitamines nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme se développent. La société s’en trouve bien plus équilibrée ainsi.

Sans ce revirement écologique et économique, que resterait-il de notre Terre ?

À l’époque, les avancées technologiques permettaient déjà d’atteindre Mars, mais elles étaient évidemment trop peu développées pour songer aller y vivre. L’issue semblait alors toute trouvée : l’extinction imminente de l’espèce humaine.

Heureusement, l’impact de cette décision si brusque et instantanée a permis de freiner juste assez le déclin foudroyant de l’écosystème terrestre.

Cela a permis de mener à bien des actions plus réfléchies et mieux acceptées par l’ensemble des populations. La création du Gouvernement Unique est l’un de ces plus importants événements.

Repenser l’écologie et l’utilisation des ressources en s’inspirant de modèles auto-suffisants. Laisser la parole aux environnementalistes plutôt qu’aux économistes. Amoindrir les émissions de gaz à effet de serre au quotidien…Ce sont ces actions qui, aujourd’hui, nous permettent de faire perdurer l’espèce humaine.

Si certains pensent que la sélection naturelle aurait dû éliminer la race humaine, d’autres se réjouissent de pouvoir connaître la suite de l’évolution, animale notamment.

Et vous, qu’en pensez-vous ?