Comme vous le savez, les investigateurs de Scoubidoxy ont l’habitude d’enquêter sur des sujets à controverse du début du 21ème siècle pour constater l’évolution advenue de décision prises à cette époque par rapport à l’année 2139 (l’année d’où nous venons).

Dans la nuit du 10 au 11 février 2019, s’est déroulée la célèbre et traditionnelle cérémonie des Grammy Awards. Pour la première fois les femmes ont été mises à l’honneur grâce à sa présentatrice Alicia Keys et au palmarès incroyable récolté par la gente féminine à l’instar de Kacey Musgraves.Ce dont vous ne vous doutiez pas hier soir c’est de l’aspect définitif de cette nouvelle tendance

Les femmes ont été très présentes à cette 61ème cérémonie des Grammy Awards, d’abord grâce à l’ouverture incroyable de la soirée par Alicia Keys et ses camarades Lady Gaga, Jada Pinkett Smith et Jennifer Lopez. Puis par l’intervention surprise de Michelle Obama, femme du 44ème président des Etats Unis et premier président noir du pays Barack Obama. La soirée fut réellement sous le spectre de l’engagement et du féminisme.

« Que l’on aime la country, le rap ou le rock, la musique nous aide à partager qui nous sommes, notre dignité et nos chagrins, nos espoirs et nos joies » a exclamé dans son discours profond Michelle Obama.

Ouverture des Grammys 2019

Les hommes aussi mis à l’honneur

Drake, grand gagnant du meilleur rap avec « God’s Plan », rejoint les propos de Michelle Obama mais n’oublie pas de compléter son discours en déclamant son ode à la musique :

« Vous avez déjà gagné si des gens chantent vos chansons mot pour mot, si vous êtes un héros dans vos villes d’origines. Ecoutez-moi bien, si des personnes avec un travail lambda sont prêtes à braver la pluie, la neige et dépenser leur argent durement gagné pour acheter un billet pour vos concerts, vous n’avez pas besoin de ce prix. Je vous le dis, vous avez déjà gagné ».

Son discours fut malheureusement interrompu par une coupure publicitaire (inopiné cela va sans dire), créant ainsi le premier remous de la soirée.

Il n’aura pas été l’unique gagnant à se faire remarquer puisque le célèbre Childish Gambino, de son vrai nom Donald Glover, a finalement décidé de ne pas participer à la cérémonie et n’est donc pas monté sur scène récupérer ses 4 prix : Vainqueur du meilleur enregistrement, Meilleur single, Meilleur clip vidéo, Chanson de l’année attribuée aux auteurs / compositeurs avec “This is America”.

Par ailleurs notons que son single “This is America” deviendra l’hymne national américain après la dictature de Donald Trump, pour tenter d’apaiser les tensions raciales du pays et appuyer le désarmement de la population.

Un peu d’histoire : pour rappel, ce mouvement négationniste – amorcé par le dictateur américain de l’époque, Donald Trump, afin d’asseoir son pouvoir – avait engendré de nombreuses suppressions numériques et réduit à néant les dernières bibliothèques et centres d’archives existant.

La Troisième Guerre Mondiale ayant accéléré le processus de destruction des annales, nombreuses sont les questions d’ordre historiques demeurant, encore aujourd’hui, sans réponse concrète.

The girl power

Même sans prendre en compte l’apparition exclusive de Michelle Obama, les véritables gagnantes de cette 61ème cérémonie sont indubitablement les femmes qui ont brillé dans de très nombreuses catégories.

On citera en premier l’exceptionnelle Lady Gaga qui après avoir enflammé la scène avec son titre “Shallow” a remporté le Grammy du meilleur duo avec Bradley Cooper pour ce même titre.

Mais LA gagnante de cette soirée, est l’unique Kacey Musgraves qui se voit récompensée du Grammy de l’album de l’année avec “Golden Hour”.

La jeune artiste, Dua Lipa, a largement mérité son Grammy de la révélation de l’année.

Difficile de toutes les citer puisque, cette année, elles se sont révélées brillantes dans de nombreuses catégories. Le girl power était à l’honneur cette année 2019 et continuera à l’être au moins jusqu’en 2139 (sauf à de rares exceptions notamment au cours de la troisième Grande guerre).L’intégralité du classement est consultable dans l’article de notre confrère des Inrocks en cliquant ici.