Nous avons approché de près la couturière bottée du moment, pour une grande interview d’exception. Et nous avons parlé principalement de sa passion pour la Mode avec un grand M mais aussi du monde actuel, de ses enjeux et bien sûr de Karl.
Comme vous le savez, les investigateurs de Scoubidoxy ont l’habitude d’enquêter sur des sujets à controverse du début du 21ème siècle pour constater l’évolution advenue de décision prises à cette époque.


Scoubidoxy : Alors Choupette, la forme ?

Choupette Lagerfeld : Je pense qu’avec la vie actuelle ma situation est plutôt correcte. Je peux vivre en liberté et faire ce qu’il me plaît ; c’est à dire, habiller tous les animaux et les êtres humains de la terre.

Scoubidoxy : C’est sûr, ce grand changement entre les animaux et les hommes, c’est tout de même un grand boum. Qu’en-pensez-vous?

Choupette Lagerfeld : Je pense d’un certain point de vue qu’il est difficile de s’imaginer l’impact qu’a pu avoir un tel tournant. De nos jours, on peut se promener dans les rues à côté de fourmiliers ou même à côté de loups sans sourciller. Cela n’a plus d’importance ! Il est temps de ne plus parler de “différence” mais d’Union. C’est fini d’avoir un maître maintenant, nous allons pouvoir parler de cohabitation solidaire désormais. Il faut se dire que chaque être humain a besoin d’être lié à un autre vivant : “Tous pour un et un pour tous” comme disait l’écrivain, Alexandre Dumas en 1844, dans son plus célèbre roman les trois mousquetaires. Vous savez, il y a beaucoup à apprendre des écrivains de l’ancien monde.

Scoubidoxy : Vous vous intéressez à la culture passée?

Choupette Lagerfeld : Bien sûr, c’est hyper intéressant. Nous savions en ce temps là, faire la distinction entre les arts, les sports, les sciences et la mode. De nos jours tout est mélangé. Par exemple, en 2002, le grand défilé de Yves Saint Laurent, s’intitulait « les plus beaux paradis sont ce qu’on a perdus » et savez-vous de qui c’était ça? De Proust. C’était du génie!

Scoubidoxy : Oui je me souviens, il y a 2 ans ils ont fêté les 135 ans de l’anniversaire de cette occasion, d’ailleurs la couleur principale, dominante, était le jaune, que pensez vous de cette couleur?

Choupette Lagerfeld : Et ça c’est intéressant. C’est le jaune qui est encore aujourd’hui la grande mode. En 2002, Yves Saint Laurent… en 2018, les gilets jaunes…en 2100, le pull solaire, cette couleur c’est un symbole tellement énorme. D’ailleurs en parlant de ça, Yves Saint Laurent avait une phrase magnifique qu’il a crié au monde entier lors de son dernier événement “Ma plus belle histoire d’amour, c’est vous”. Ce qu’on peut reprendre à son compte dans le monde actuel.

Scoubidoxy : C’est sûr, les temps ont bien changé.

Choupette Lagerfeld : Oui, oui. vous avez vu comme la robe maillot de bain de Chanel a bien marché alors que ça fait 120 ans que ça existe. Quel génie.

Scoubidoxy : C’est à vous aujourd’hui de nous montrer la nouvelle mode, maintenant que les animaux parlent. Vous allez marquer notre époque. Ça va être la première collection vestimentaire entre animaux et êtres humains. Cela ne vous stress pas ?

Choupette Lagerfeld : Je vais reprendre la citation de mon illustre ancêtre : « Ce qui m’amuse, c’est ce que je n’ai jamais fait. » La collection s’inspire d’icônes de la mode ancienne de 2052.

Scoubidoxy : Oui, comme le Beauty Crush du moment, les cils à plumes ?

Choupette Lagerfeld : C’est tellement commun de nos jours ce maquillage et puis, vous imaginez ce maquillage sur des animaux à plumes … trop surfait. Non, ma collection va être pour tous les êtres humains. De nos jours, il n’y a pas de différences, c’est la nouvelle ère, non ?

Scoubidoxy : Oui. Bien sûr. Du coup, vos mots d’ordre pour la collection ?

Choupette Lagerfeld : Volcanique, étoilée et aquatique.

Scoubidoxy : Les 3 éléments réunis !

Choupette Lagerfeld : Je pense que le monde actuel en a besoin. Nous regardons, que dis-je, nous observons, de jour en jour, des changements. Ainsi la découverte de l’Animalis-Phone a été sans doute la meilleure de ce siècle. Je suis juste là pour montrer comment les animaux peuvent être “civilisés” et vivent enfin libres.

Scoubidoxy : Est-ce que vous vous sentez fière ?

Choupette Lagerfeld : “Heureusement, nous sommes encore quelques-uns à n’avoir aucune estime pour le mérite.” Paul Bourget !

Scoubidoxy : C’est ce que vous vous dites ?

Choupette Lagerfeld : Karl le disait tout le temps alors pourquoi pas moi ? Bien sûr, vous allez me dire que suivre ce que disait mon ancêtre, ce n’est pas très moderne, mais c’est tout de même l’homme qui a impulsé la génération des Choupettes. S’il avait pas été là, je ne sais pas si je serais là, moi aussi, devant vous aujourd’hui.

Scoubidoxy : Si Karl était là aujourd’hui et lisait cet article, que lui diriez-vous pour conclure ?

Choupette Lagerfeld : je dirais, vu d’ici, Karl, ça lui aurait fait tout drôle de pouvoir nous parler. Lui qui pensait que la première Choupette était paisible, rigolote, amusante et gracieuse alors que dans les archives de Choupette I, il est écrit que dès qu’il partait, elle se mettait du Boobachat plein tube. Elle dansait si bien le mumbamiaou. Ça, c’était complètement incroyable à l’époque. Elle a été la première à chercher à ressembler à un être humain. Elle avait ses humeurs avec ses hôtes mais elle savait toujours rester courtoise. Quand j’y pense, Karl, il devait déjà le savoir lui, que les animaux aller parler, ça aurait été la nouvelle mode incontournable à cette époque.