Comme vous le savez, les investigateurs de Scoubidoxy ont l’habitude d’enquêter sur des sujets à controverse du début du 21ème siècle pour constater l’évolution advenue de décisions prises à cette époque par rapport à l’année 2139 (l’année d’où nous venons).

Après plusieurs années de baisse, l’année 2018 aura été marquée par une augmentation très importante des agressions à caractère antisémite en France. C’est en 2019, lors du XIV actes des Gilets Jaunes que la justice et l’État français ont décidé de réagir en condamnant lourdement l’agresseur d’Alain Finkielkraut, philosophe de l’époque.

Cette condamnation marquera un tournant mondial concernant le traitement des agressions en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion, par parole, écrit, image ou moyen de communication électronique.

Scoubidoxy retrace pour vous les grandes étapes et affaires qui ont marqué cette époque.

Historique de l’antisémitisme moderne

Le 20ème siècle aura été marqué par la guerre antisémite – Seconde Guerre Mondiale – l’apogée de la défiance envers les Juifs et de nombreuses autres ethnies permit la montée au pouvoir (par des voix démocratiques) du célèbre dictateur Adolf Hitler. Ce dernier poussé par sa haine tenta de réaliser un génocide au niveau mondial de ces populations et fut heureusement contré par les alliés.

Néanmoins, la fin de la Grande guerre ne signifia pas pour autant la fin de l’antisémitisme à travers le monde et bien que leur voix ne fût plus si haute et forte les antisémites restèrent  présents.

Notons que la corrélation entre l’état économique des régions et la montée des extrêmes est avéré depuis des décennies. Ainsi à chaque fois qu’un pays ou une région du monde vit son économie en difficulté, les extrémistes de tous bords gagnèrent en force. En France ce fut le cas en 2002, lors des élections présidentielles qui opposa au second tour Jacques Chirac (prétendant à un second mandat) et Jean-Marie le Pen, président du Front National (renommé en 2018 par sa fille Marine le Pen : le Rassemblement National).

Ce fut à nouveau le cas en 2017, de nouveau les élections françaises témoignèrent de la montée en force de l’extrême droite. Cette fois les élections opposèrent Marine le Pen (fille de Jean-Marie le Pen) à Emmanuel Macron (président du mouvement En Marche). Ce dernier gagna l’élection et devint Président.

Résultat de l'élection de Jacques Chirac face à Jean-Marie le Pen en 2002
Résultat de l’élection de Jacques Chirac face à Jean-Marie le Pen en 2002

En parallèle de l’élection 2017, la France vivait (depuis 2008) une crise économique et tentait vainement de s’en sortir. Bien que la situation s’améliora “doucement”, l’optimisme des français pour “la suite” ne suivait pas la même courbe. Malgré l’élection d’Emmanuel Macron et le fait que la France sorte de la zone rouge le peuple Français était en colère, sa colère se porta visible sur les politiciens du gouvernement et plus discrètement sur toutes les minorités françaises ou étrangères vivant en France.

Le facteur marquant quantifiable de ce harcèlement des minorités est la recrudescence des agressions à caractère antisémite qui ont augmenté en 2018 de 74% par rapport à l’année précédente, passant de 311 en 2017 à 541 l’année suivante.

Influencés par une colère nationale, incarné dans le mouvement des Gilets Jaunes, et caché discrètement dans leurs rangs les racistes profitaient de chaque rassemblement, manifestations, cortège pour s’en prendre à quiconque faisant partie des minorités : gays, Juifs, musulmans, “Arabes”, etc.

Influencés par une colère nationale, incarné dans le mouvement des Gilets Jaunes, et caché discrètement dans leurs rangs les racistes profitaient de chaque rassemblement, manifestations, cortège pour s’en prendre à quiconque faisant partie des minorités : gays, Juifs, musulmans, “Arabes”, etc.

La prise à partie du célèbre philosophe membre de l’Académie française, Alain Finkielkraut, lors du XIV actes du mouvement des Gilets Jaunes fit réagir la quasi-totalité du corps politique français. Ces derniers témoignèrent tour à tour leur indignement et condamnèrent unanimement cette agression, jusqu’au président Emmanuel Macron :

“ Fils d’émigrés polonais devenu académicien français, Alain Finkielkraut n’est pas seulement un homme de lettres éminent mais le symbole de ce que la République permet à chacun […] les injures antisémites dont il a fait l’objet sont la négation absolue de ce que nous sommes et de ce qui fait de nous une grande nation. Nous ne les tolérerons pas ».

Dès le lendemain l’un des protagonistes fut identifié et arrêté rapidement en suivant et alors que l’académicien avait déclaré qu’il ne souhaitait pas porter l’affaire en justice. Le parquet de Paris ouvrit quand même une enquête préliminaire pour faire la lumière sur les injures antisémites adressées au philosophe en marge de la manifestation des Gilets Jaunes.

La chasse aux sorcières antisémites du 21ème siècle

La condamnation du premier agresseur fut exemplaire et lança à travers la France – dans un premier temps – et le monde une vague de soulèvement contre l’oppression des extrémistes. De nouvelles lois, des procédures accélérées, des mises à pied, des fins de carrière (notamment au sein des corps de police du monde) … Cette “chasse aux sorcières” des temps modernes vit limoger bon nombre de citoyens de par le monde pour injures, agressions, outrages, abus de pouvoir et de nombreux autres faits préjudiciable.

Les réactions les plus importantes et les plus graves se produisirent dans des lieux où l’historique de racisme était important tel que le Texas où les membres “cachés” du KKK – Ku Klux Klan – organisation de suprémacistes blancs se révoltèrent arme à la main (dans certains cas) contre les populations noires et hispaniques qu’ils croisaient. Ou encore les membres de la Résistance Afrikaner d’Afrique du Sud qui intensifièrent leurs attentats avant que les forces de l’ordre parviennent à réduire définitivement leur mouvement à zéro en 2045 à l’orée de la Grande Guerre de l’Énergie.

Des mouvements “pacifistes” de nombreuses régions du monde tapèrent du poing, clamant haut et fort que ces lois étaient contraires à leurs constitutions et leur que leur liberté d’expression et de pensée devait être respectée.

Cette période de “nouveau maccarthysme” prit fin au début de la Troisième guerre mondiale qui chamboula l’équilibre géopolitique mondial avec l’arrivée sur le devant de la scène des animaux au titre de créature intelligente (dû à des modifications génétiques causées par les radiations nucléaires de la guerre) au même titre que les humains, l’interdiction définitive de la consommation de viande, la création du Gouvernement Unique et de la Constitution mondiale.